L’histoire

L’héritage

Notre aéroclub, le plus ancien de France, est l’héritier direct de l’épopée des frères Wilbur et Orville Wright, qui à l’invitation des responsables politiques de l’époque, découvrent le Béarn début 1909, et y fondent la première école de pilotage au monde sur la lande du Pont-Long…

Le 13 Décembre 1908, Paul Tissandier fonde l’Aéroclub du Béarn et en devient le premier président. A cette époque, il ne s’agissait pas d’un aéroclub au sens où on l’entend aujourd’hui : son but était, par délégation de l’Aéroclub de France, d’homologuer les records que les frères Wright n’allaient pas manquer de battre en venant à Pau.

Par la suite, Pau compta jusqu’à trois terrains, l’un à Nieuport Astra au Nord de Pau, l’autre à l’emplacement actuel de l’hippodrome de Sers et le troisième au Pont-Long.

En 1936, s’ouvre l’ère de l’aviation dite populaire, l’Aéroclub Charles Macé est fondé. Ultérieurement, une fusion se réalise avec l’Aéroclub du Béarn. Et c’est alors que naît l’aérodrome de Pau-Idron. Pour l’anecdote, ce terrain était utilisé pour des tirs aux pigeons.


La guerre

Lorsque débute la seconde guerre mondiale, l’autorité militaire réquisitionne le terrain pour en faire un dépôt. L’aéroclub doit attendre des jours meilleurs.

En 1945, dès la fin de la guerre, celui-ci repart à zéro et s’installe sur l’aérodrome du Pont-Long, mais la cohabitation avec les militaires s’avère difficile. Il faut alors patienter trois ans avant de revenir sur le terrain de Pau-Idron devenu entre temps un camp d’éducation physique. Son activité croissant, la piste est portée de 600 mètres à près de 1200 mètres et 200 mètres de large. La flotte passe de 2 à 30 avions. Les sections aéromodélisme, parachutisme et vol à voile sont créées.

Quelques turbulences

A la fin des années 70, les riverains manifestant contre les nuisances, la municipalité décide de récupérer le terrain  d’Idron qui ferme le 31 décembre 1979. L’aéroclub est obligé de déménager à nouveau et s’installe sur l’aérodrome de Pau-Uzein.

En attendant que les infrastructures soient construites, les avions séjournent à la belle étoile. Une caravane fait office de Club-House. Les activités parachutistes déménagent à Lasclaveries où une piste est créée, les planeurs s’installent sur l’aérodrome d’Oloron et la section aéromodélisme fait voler ses maquettes sur la zone de Wright, actuellement au sud de la piste.

Aujourd’hui

L’Aéroclub du Béarn est implanté sur la plateforme de Pau-Pyrénées.  Il dispose d’un club-house, d’un hangar et d’un parking privatif.